CX3D – Modélisation 3D de satellites en orbite

CX3D – Modélisation 3D de satellites en orbite

CX3D – Modélisation 3D de satellites en orbite

Figure 1 (à gauche): maquette d’un satellite «non coopératif» dans les pools du COMEX. (à droite) Acquisition sous-marine du modèle 3D dans des conditions de flottabilité neutres (COMEX Pool). Le système de vision 3D est porté par un plongeur -au lieu d’un satellite- par exemple.)

Les débris spatiaux préoccupent de plus en plus la communauté spatiale mondiale. Une façon de réduire l’augmentation du nombre de débris spatiaux ajoutés chaque année consiste à prolonger la durée de vie en orbite des satellites, soit en effectuant un ravitaillement en orbite, soit à l’aide d’un satellite de service. La plupart des solutions actuelles dépendent d’informations sur l’état du satellite cible ou des débris. Le satellite cible aurait pu être changé en raison des effets de la météo spatiale, de l’abrasion mécanique, des dysfonctionnements et des dommages (en particulier en cas d’enlèvement de débris). L’obtention de données précises sur l’état réel des débris est donc un élément primordial de toute stratégie d’atténuation.
Surtout en orbite géostationnaire, compte tenu du retard de communication, une station d’accueil géostationnaire nécessite un système de contrôle sophistiqué pour se connecter au satellite cible de manière autonome sans assistance au sol en temps réel.

Une solution pour une telle application pourrait provenir des profondeurs des océans: la COMEX développe des systèmes sophistiqués de vision sous-marine et de photogrammétrie qui pourraient être utilisés dans le secteur spatial. ORUS3D by COMEX SA est la seule solution de photogrammétrie 3D sous-marine certifiée pour la métrologie sous-marine par Bureau Veritas qui peut créer des modèles 3D d’infrastructures sous-marines avec une résolution submillimétrique. Le système peut être utilisé dans diverses applications, allant de la cartographie précise de sites archéologiques sur les fonds marins, des grottes ou la classification autonome d’objets par des robots sous-marins (ROV ou AUV).

Le système est proposé pour produire des modèles haute résolution et précision d’un satellite en orbite à l’aide de la vision par ordinateur et de la photogrammétrie. À partir d’un ensemble d’images qui voient la même scène sous différents angles, CX3d calculera un modèle qui est fait des coordonnées 3D des points d’intérêt de la scène et de la position de l’image.

Le système a été testé pour le secteur spatial dans différentes configurations dans les installations de la COMEX à Marseille, en France: la COMEX a effectué des essais sous-marins avec un satellite maquette pour vérifier si des simulations de flottabilité neutre d’un tel système pouvaient être réalisables (par exemple, simulation manipulations d’un satellite cible par un satellite de service sous-marin en apesanteur simulée).
Des tests dans des conditions sèches ont également été effectués avec le système pour vérifier s’il pouvait être mis en œuvre sur des simulateurs spatiaux existants.

Figure 2: (à gauche): une maquette de satellite à l’atelier COMEX. (Droite): modèle 3D de la maquette satellite générée par CX3D. Figure 3: La flèche rouge pointe la capacité du système CX3D à détecter et mesurer les zones de dommages dans le satellite (dans ce cas, de petits trous d’impact au millimètre)

Comex.SA

36, bd de l’Océan – CS 80143
13275 Marseille – Cedex 9 –
FRANCE

+33 4 91 29 75 11

Fourniture d’un caisson de décompression projetable Cx1800 à destination de la Marine Argentine

COMEX a réalisé un caisson de décompression containerisé pour la Marine Nationale Argentine destiné à équiper un patrouilleur hauturier (OPV) (Offshore Patrol Vessel) livré par NAVAL GROUP

Projet Enduruns

Projet EndurunsENDURUNS réunit 15 partenaires européens différents et un membre associé de la Corée du Sud. L'objectif de ce projet est de développer et de faire une démonstration d’un véhicule hybride à longue endurance (AUV, Robot Autonome Inhabité sous-marin)...

Un nouveau marché de 5 ans signé avec la Marine Nationale

COMEX a remporté le nouveau marché public du Ministère de la Défense Française pour le MCO* des caissons de recompression !
(* Maintien en condition opérationnelle des caissons de recompression de la Marine nationale et de l’Armée de terre)

Pousse-seringue “made in France”

Le projet est soutenu
par le plan France Relance d’aide à la relocalisation d’activités. Il vise à concevoir et
fournir un pousse-seringues électrique, un dispositif médical certifié qui manque aux
hôpitaux. L’ investissement de ce projet est évalué à 1 million d’euros.

COMEX partenaire du chantier Merré

Le Chantier Merré situé au nord de Nantes est reconnu comme le multispécialiste de la construction navale. Avec la construction de huit navires militaires, des vedettes de 26,50 m pour les plongeurs démineurs de la Marine nationale,le chantier Merré enregistre la plus...

SHIP AS A SERVICE® ( SAAS) acquiert la branche Marine de la COMEX

Une alliance avec la COMEX qui donne naissance à une nouvelle structure immédiatement opérationnelle : « SAAS OFFSHORE »

CX3D – Modélisation 3D de satellites en orbite

Les débris spatiaux préoccupent de plus en plus la communauté spatiale. Une façon de réduire le nombre de débris consiste à prolonger la durée de vie des satellites

COMEX ORUS3D la photogrammétrie pour étudier les nodules polymétalliques sur le fond marin

La société marseillaise COMEX a réalisé la semaine dernière des essais en piscine avec son système de photogrammétrie 3D «ORUS3D» pour étudier et cartographier les nodules polymétalliques en haute mer. Ces concrétions métalliques, principalement composées de...

Sensibilisation aux risques d’hypoxie

Le centre d’Essais Hyperbare et Hypobare de la Comex recevait vendredi 16 novembre 2018 une délégation d’élèves et instructeurs de l’EPNER (École du personnel navigant d’essais et de réception) pour une sensibilisation aux risques hypoxiques.

ORUS 3D étend sa gamme avec le MOD300

COMEX innove encore avec un système ORUS 3D miniature. Après les modèles 1000, 3000 et 6000m, le MOD300 est là !Avec le système de photogrammétrie sous-marine ORUS 3D 3000 m opérant dans le monde entier depuis 2017, COMEX est parvenue à toucher une grande partie du...

Chambre Hypoxique : Préparation d’une plongée à 6 400 mètres d’altitude

Frédéric Swierczynski, plongeur de l’extrême, est venu se préparer à une plongée en haute altitude dans les lacs du volcan actif le plus haut du monde, Nevado Ojos del Salado dans les Andes. Cette préparation a eu lieu dans un simulateur d’altitude, le caisson...

Projet Trailer

TRAILER est un projet de deux ans visant à tester la coopération robotique de deux rovers pour des missions d’exploration de la surface lunaire.

Projet Trailer

Projet Trailer

 

PROJET TRAILER: TANDEM DE DEUX ROVERS

 

POUR L’EXPLORATION LUNAIRE

Communiqué de presse

TRAILER system exploring lunar tubes (image: LIQUIFER)

31 octobre 2019 L’Agence spatiale européenne (ESA) a signé un contrat sur le développement du système robotique «TRAILER» avec la COMEX et ses partenaires le Centre de recherche allemand pour le Centre d’innovation en robotique d’intelligence artificielle (DFKI RIC) et le Groupe LIQUIFER Systems.

TRAILER est un projet de deux ans visant à tester une nouvelle architecture de coopération robotique basée sur un tandem de deux rovers pour des missions d’exploration de la surface lunaire.

L’ESA travaille avec ses partenaires internationaux sur le développement de la station orbitale lunaire « GATEWAY », le premier avant-poste humain permanent au-delà de l’orbite terrestre. GATEWAY doit être considéré comme un camp de base qui servira à mettre en place des missions à la surface de la Lune dans le cadre du programme HERACLES et ARTEMIS. Les astronautes et les robots travailleront ensemble pour préparer l’ère de l’exploration spatiale à venir avec des missions vers le pôle Sud lunaire et d’autres endroits: les explorateurs robotiques rechercheront des éléments ISRU qui pourraient soutenir une présence humaine à la surface. Ces éclaireurs seront opérés soit depuis la Terre, soit depuis la station en orbite lunaire; et ils devront effectuer certaines tâches en autonomie. L’objectif principal de l’activité TRAILER est de développer un système de rover composé de : 


    • Un rover agile et puissant (TRACTOR) équipé d’une locomotion et d’une navigation haute performance, d’un émetteur-récepteur sans fil local, d’un stockage d’énergie à court terme, d’un système d’acquisition d’échantillons, et
    • Une remorque active (WAIN) équipée d’une locomotion et d’une navigation limitées, d’une production ou d’un stockage à haute puissance et d’un réseau sans fil local qui pourrait assurer la communication lunaire-terre et héberger un laboratoire scientifique pour la collecte et l’analyse des échantillons.

System components of the TRAILER project (image: COMEX)

L’activité TRAILER est dirigée par la société marseillaise COMEX qui développe le «WAIN», un véhicule robotique lunaire lourd qui transporte la communication, les batteries et les conteneurs d’échantillons. DFKI RIC en Allemagne est responsable des simulations et du développement du deuxième robot, le «TRACTOR», un robot scout agile qui ramène les échantillons à WAIN. LIQUIFER Systems Group en Autriche définit les scénarios de mission du tandem robotique et de la planification. Le système TRAILER sera testé dans des installations d’essai des organisations partenaires en France, en Allemagne et en Autriche.

Pour plus d’informations sur l’élément de développement technologique ESA, qui soutient cette activité, veuillez visiter le site Web
https://www.esa.int/Enabling_Support/Space_Engineering_Technology/Shaping_the_Future

Pour plus d’information contactez :

COMEX S.A.
Dr. Peter Weiss,
Head of Space Department

E-Mail : p.weiss@comex.fr
Telephone : +33 4 91 29 75 36

Comex.SA

36, bd de l’Océan – CS 80143
13275 Marseille – Cedex 9 –
FRANCE

+33 4 91 29 75 11

Nouveaux matériaux intelligents pour les futures combinaisons spatiales

Nouveaux matériaux intelligents pour les futures combinaisons spatiales

Nouveaux matériaux intelligents pour les futures combinaisons spatiales

Toutes les agences spatiales se préparent à un retour de l’homme sur la Lune dans un futur relativement proche !
C’est dans ce contexte que l’Agence Spatiale Européenne (ESA) lance le projet « PEXTEX ».
L’objectif du projet est d’identifier pour les futures combinaisons spatiales de nouveaux matériaux et textiles intelligents.
Signée le 17 janvier 2019, l’étude de deux ans a été confiée au département Espace de Comex.sa, comme coordinateur, et à ses partenaires européens les allemands de DITF et les autrichiens de l’OeWF.

Le projet a pour but de trouver, en complément des matériaux déjà existants sur les combinaisons spatiales, de nouveaux composants afin d’y intégrer des fonctionnalités supplémentaires. Se prémunir des dangers, mais aussi analyser l’environnement, surveiller la santé des astronautes, etc. Les possibilités sont nombreuses. Par exemple, il y a sur la surface lunaire des pluies de micrométéorites; la recherche de textiles capables de garder leur intégrité structurel est un défi de premier ordre, sachant les conséquences désastreuses que pourraient causer une déchirure de combinaison !
Pour cela, et afin d’être mieux adapté à cet environnement, l’étude permettra l’identification de matériaux intelligents tels que des polymères innovants comme des textiles à mémoire de forme, mais aussi des e-textiles dans lesquels serait insérés des composants électroniques et informatiques, tout l’intérêt étant d’avoir des matériaux capables de capter, d’analyser et de réagir de façon autonome et sécuritaire.
Les matériaux qui seront identifiés dans le cadre du projet PEXTEX seront testés dans des installations de test avec les organisations partenaires en France, en Allemagne et en Autriche.

Cinquante ans après les missions Apollo, l’exploration spatiale humaine est à l’aube d’une nouvelle ère, l’ESA et ses partenaires internationaux s’emploient au retour de l’homme sur la Lune. Établir une présence permanente sur la surface lunaire est le rôle des futures missions. L’identification et le test de tels matériaux pourraient servir au développement de futures combinaisons spatiales européennes pour les activités extravéhiculaires (EVA) sur le sol lunaire et ces combinaisons spatiales devrons être conçues pour résister à des opérations de surface plus longues et plus fréquentes qu’au cours de la période Apollo.

Ce projet s’inscrit dans la stratégie d’exploration de l’ESA visant à retourner sur la Lune au cours des prochaines décennies. Tout comme le développement de GATEWAY, la future station spatiale en orbite lunaire. Cette station servira de « camp de base » pour effectuer des missions robotiques et humaines à la surface lunaire. Projet dans lequel Comex.sa est également associée, en partenariat avec Airbus, pour le développement d’un des module « ESPRIT ».

Module ESPRIT station lunaire GATEWAY

Sous la direction du Dr Peter Weiss et de ses proches collaborateurs Thibaud Gobert et Makthoum Peer, le département Espace est de plus en plus impliqué dans cette formidable aventure qu’est la conquête spatiale et plus particulièrement l’exploration lunaire, félicitations à eux.

 

Fourniture d’un caisson de décompression projetable Cx1800 à destination de la Marine Argentine

COMEX a réalisé un caisson de décompression containerisé pour la Marine Nationale Argentine destiné à équiper un patrouilleur hauturier (OPV) (Offshore Patrol Vessel) livré par NAVAL GROUP

Projet Enduruns

Projet EndurunsENDURUNS réunit 15 partenaires européens différents et un membre associé de la Corée du Sud. L'objectif de ce projet est de développer et de faire une démonstration d’un véhicule hybride à longue endurance (AUV, Robot Autonome Inhabité sous-marin)...

Un nouveau marché de 5 ans signé avec la Marine Nationale

COMEX a remporté le nouveau marché public du Ministère de la Défense Française pour le MCO* des caissons de recompression !
(* Maintien en condition opérationnelle des caissons de recompression de la Marine nationale et de l’Armée de terre)

Pousse-seringue “made in France”

Le projet est soutenu
par le plan France Relance d’aide à la relocalisation d’activités. Il vise à concevoir et
fournir un pousse-seringues électrique, un dispositif médical certifié qui manque aux
hôpitaux. L’ investissement de ce projet est évalué à 1 million d’euros.

Des abysses aux étoiles

Des abysses aux étoiles

Des abysses aux étoiles

En ce début d’année 2019 qui verra la célébration des cinquante ans du premier pas de l’homme sur la Lune, le département Espace vient de terminer les tests de simulations autour du module “ESPRIT” de la future station spatiale lunaire “GATEWAY”. Réussite des essais en présence de personnalités du monde du spatial et satisfaction de tous les participants ont valu a notre entreprise une diffusion au journal de 20h00 de TF1

Plus que jamais tournée vers l’avenir et particulièrement actif dans le domaine spatial,notre entreprise la Comex, qui était à ses débuts spécialisée dans l’exploration des fonds marins, travaille aujourd’hui à la conquête des planètes. Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 23/02/2019 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1.

Un grand merci à Olivier Santicchi et Pascal Marcellin pour ce très beau reportage.

Comex.SA

36, bd de l’Océan – CS 80143
13275 Marseille – Cedex 9 –
FRANCE

+33 4 91 29 75 11

la Comex et Airbus s’associent autour d’un module de la future station lunaire

la Comex et Airbus s’associent autour d’un module de la future station lunaire

la Comex et Airbus s’associent autour d’un module de la future station lunaire

Comex et Airbus s’associent autour d’un module de la future station lunaire

La COMEX rejoint AIRBUS dans le développement d’ESPRIT. Le module européen de la station orbitale lunaire GATEWAY.

Le 24 octobre 2018, la COMEX et AIRBUS ont signé un accord de coopération portant sur le développement d’ESPRIT, l’un des modules européens de GATEWAY, la future station spatiale lunaire.

GATEWAY est la première étape de l’exploration de l’espace humain après l’ère de la Station spatiale internationale. Ce sera une base pour les missions sur la surface lunaire des véhicules robotiques et des astronautes. Son assemblage en orbite lunaire devrait commencer en 2023.

GATEWAY est une station spatiale planifiée en orbite lunaire dotée d’un système de propulsion et d’énergie, de modules d’utilisation et d’habitation de l’équipage avec capacité d’amarrage, de sas d’activités scientifiques et extra-véhiculaires et de modules de logistique. Le développement est mené par le partenariat actuel de la Station Spatiale internationale : NASA, ESA, ROSCOSMOS, JAXA et CSA, pour un lancement sur la Lune dans les années 2020.

AIRBUS mène, en tant que coordinateur, l’une des deux études parallèles phase A/B1 pour le développement du module ESPRIT (système européen de ravitaillement en carburant, infrastructures et télécommunications), en coopération avec la COMEX à Marseille et d’autres partenaires européens.

ESPRIT est un système dont le lancement est prévu avec le premier module d’utilisation (un module pressurisé fourni par les États-Unis). Il comprend des systèmes de stockage et de ravitaillement en propulseur (xénon et hydrazine) pour l’élément de propulsion (le premier élément américain de GATEWAY), des systèmes de communication avec la Lune, des points d’interface pour les charges utiles externes et un sas scientifique.

La COMEX rejoint AIRBUS dans le développement de ce module spatial en y apportant son expertise en ingénierie et ses capacités de test. La société marseillaise a été pionnière du développement de systèmes sous-marins et de la plongée professionnelle. Depuis 2012, la COMEX est activement impliquée dans l’activité des vols spatiaux habités et des plates-formes stratosphériques.

On en parle dans les médias

Fourniture d’un caisson de décompression projetable Cx1800 à destination de la Marine Argentine

COMEX a réalisé un caisson de décompression containerisé pour la Marine Nationale Argentine destiné à équiper un patrouilleur hauturier (OPV) (Offshore Patrol Vessel) livré par NAVAL GROUP

Projet Enduruns

Projet EndurunsENDURUNS réunit 15 partenaires européens différents et un membre associé de la Corée du Sud. L'objectif de ce projet est de développer et de faire une démonstration d’un véhicule hybride à longue endurance (AUV, Robot Autonome Inhabité sous-marin)...

Un nouveau marché de 5 ans signé avec la Marine Nationale

COMEX a remporté le nouveau marché public du Ministère de la Défense Française pour le MCO* des caissons de recompression !
(* Maintien en condition opérationnelle des caissons de recompression de la Marine nationale et de l’Armée de terre)

Pousse-seringue “made in France”

Le projet est soutenu
par le plan France Relance d’aide à la relocalisation d’activités. Il vise à concevoir et
fournir un pousse-seringues électrique, un dispositif médical certifié qui manque aux
hôpitaux. L’ investissement de ce projet est évalué à 1 million d’euros.

Concevoir une base lunaire à l’aide des technologies d’impression 3D

Concevoir une base lunaire à l’aide des technologies d’impression 3D

Concevoir une base lunaire à l’aide des technologies d’impression 3D

Les déchets sont des ressources ! même sur la lune

Le 8 janvier 2018. L’agence Spatiale Européenne (ESA) a confié au Consortium URBAN, qui comprend la COMEX à Marseille, LIQUIFER Systems Group et SONACA Space GmbH, sous la direction de OHB System AG, l’étude « Concevoir une base lunaire en utilisant les technologies d’impression 3D ». L’équipe évaluera la faisabilité et la mise en œuvre de la fabrication de couches additives dans la construction, l’exploitation et l’entretien d’une base lunaire.

La logistique et l’acheminement des objets nécessaires dans l’espace ou sur une surface planétaire demeurent l’une des contraintes majeures dans les missions spatiales humaines à long terme. Les experts du secteur spatial ont montré un grand intérêt pour l’utilisation des ressources lunaires en tant que prochaine étape logique dans la mise en œuvre d’une stratégie globale d’exploration humaine du système solaire.

Par conséquent, la clé de toute présence durable dans l’espace est la capacité à fabriquer les structures nécessaires, les articles et les pièces de rechange, sur place et à la demande. Cela peut réduire le coût et le volume des missions de fret lancées depuis la Terre, si une partie substantielle des éléments nécessaires aux missions de longue durée peut être produite localement. Les technologies de fabrication additive représentent une solution potentielle pour atteindre cet objectif, car elles peuvent réduire les délais depuis la conception jusqu’à la mise en œuvre et réduire les déchets de fabrication, tout en augmentant la recyclabilité et la capacité à produire des pièces optimisées à la demande.

L’étude URBAN examinera la capacité de ces techniques de fabrication additive en réalisant deux enquêtes parallèles. La première concerne la cartographie du matériel requis pour une base lunaire humaine permanente.  L’autre enquête est une analyse des technologies de fabrication de couches additives disponibles et de leurs capacités potentielles dans un environnement lunaire. L’évaluation comprend l’état de l’art de l’impression 3D liée à plusieurs matériaux tels que les métaux, les polymères, les céramiques, le béton, les ingrédients alimentaires, les tissus vivants et même … les dechets.

Simulateur de rover lunaire COMEX
Habitat lunaire de la COMEX SHEE

Habitat SHEE et le scaphandre Gondolfi

Une base lunaire conceptuelle RegoLight (Crédit : LSG)

Les entités intéressées à participer à ces enquêtes sont invitées à nous contacter 

COMEX S.A.

Dr. Peter Weiss
Chef du Département Espace
E-Mail: p.weiss@comex.fr
Tél : +33 4 91 29 75 36

OHB System AG

Dr. Marco Berg
Chef du Département Vols Spatiaux & Exploration
E-Mail: marco.berg@ohb.de
Tél : +49 421-2020-609

Antonella Sgambati
Ingénieur Système, Vols Spatiaux Habités
E-Mail: antonella.sgambati@ohb.de
Tél : +49 421-2020-9494

 

LIQUIFER Systems Group

Dr. Barbara Imhof
CEO
E-Mail: barbara.imhof@liquifer.com
Tél : +43 1 21885-05

 

SONACA Space

Anna Daurskikh
Ingénieur Système
E-Mail: anna.daurskikh@sonaca-space.com
Tél : +49 (0)30 6392 6072

Comex.SA

36, bd de l’Océan – CS 80143
13275 Marseille – Cedex 9 –
FRANCE

+33 4 91 29 75 11

Fourniture d’un caisson de décompression projetable Cx1800 à destination de la Marine Argentine

COMEX a réalisé un caisson de décompression containerisé pour la Marine Nationale Argentine destiné à équiper un patrouilleur hauturier (OPV) (Offshore Patrol Vessel) livré par NAVAL GROUP

Projet Enduruns

Projet EndurunsENDURUNS réunit 15 partenaires européens différents et un membre associé de la Corée du Sud. L'objectif de ce projet est de développer et de faire une démonstration d’un véhicule hybride à longue endurance (AUV, Robot Autonome Inhabité sous-marin)...

Un nouveau marché de 5 ans signé avec la Marine Nationale

COMEX a remporté le nouveau marché public du Ministère de la Défense Française pour le MCO* des caissons de recompression !
(* Maintien en condition opérationnelle des caissons de recompression de la Marine nationale et de l’Armée de terre)

Pousse-seringue “made in France”

Le projet est soutenu
par le plan France Relance d’aide à la relocalisation d’activités. Il vise à concevoir et
fournir un pousse-seringues électrique, un dispositif médical certifié qui manque aux
hôpitaux. L’ investissement de ce projet est évalué à 1 million d’euros.

COMEX partenaire du chantier Merré

Le Chantier Merré situé au nord de Nantes est reconnu comme le multispécialiste de la construction navale. Avec la construction de huit navires militaires, des vedettes de 26,50 m pour les plongeurs démineurs de la Marine nationale,le chantier Merré enregistre la plus...

SHIP AS A SERVICE® ( SAAS) acquiert la branche Marine de la COMEX

Une alliance avec la COMEX qui donne naissance à une nouvelle structure immédiatement opérationnelle : « SAAS OFFSHORE »

CX3D – Modélisation 3D de satellites en orbite

Les débris spatiaux préoccupent de plus en plus la communauté spatiale. Une façon de réduire le nombre de débris consiste à prolonger la durée de vie des satellites

COMEX ORUS3D la photogrammétrie pour étudier les nodules polymétalliques sur le fond marin

La société marseillaise COMEX a réalisé la semaine dernière des essais en piscine avec son système de photogrammétrie 3D «ORUS3D» pour étudier et cartographier les nodules polymétalliques en haute mer. Ces concrétions métalliques, principalement composées de...

Sensibilisation aux risques d’hypoxie

Le centre d’Essais Hyperbare et Hypobare de la Comex recevait vendredi 16 novembre 2018 une délégation d’élèves et instructeurs de l’EPNER (École du personnel navigant d’essais et de réception) pour une sensibilisation aux risques hypoxiques.

ORUS 3D étend sa gamme avec le MOD300

COMEX innove encore avec un système ORUS 3D miniature. Après les modèles 1000, 3000 et 6000m, le MOD300 est là !Avec le système de photogrammétrie sous-marine ORUS 3D 3000 m opérant dans le monde entier depuis 2017, COMEX est parvenue à toucher une grande partie du...

Chambre Hypoxique : Préparation d’une plongée à 6 400 mètres d’altitude

Frédéric Swierczynski, plongeur de l’extrême, est venu se préparer à une plongée en haute altitude dans les lacs du volcan actif le plus haut du monde, Nevado Ojos del Salado dans les Andes. Cette préparation a eu lieu dans un simulateur d’altitude, le caisson...

Projet Trailer

TRAILER est un projet de deux ans visant à tester la coopération robotique de deux rovers pour des missions d’exploration de la surface lunaire.

Premier test de sortie lunaire

Premier test de sortie lunaire

Premier test de sortie lunaire

Les astronautes de l’ESA ont testé les répliques d’outils de la mission Apollo de la NASA fabriqués par la COMEX lors d’une session de formation qui s’est déroulée au Géoparque Lanzarote sur le terrain de l’ESA Spaceflight Analog. 

La formation Pangaea-x qui a eu lieu sur deux sites géologiques est destinée à des exercises pour les astronautes. 

PANGAEA-X est conçu pour réaliser des expériences technologiques, opérationnelles et scientifiques, destinée à améliorer la préparation opérationnelle et le réalisme des futurs entrainements PANGAEA, et à aider l’ESA à préparer les futures missions humaines et robotiques. 

Hervé Stévenin, instructeur de l’ESA nous explique : ” il est essentiel d’optimiser les outils et l’équipement pour l’exploration. La sécurité et l’éfficatité sera la clés de la réussite des prochains voyages sur la lune”

Fourniture d’un caisson de décompression projetable Cx1800 à destination de la Marine Argentine

COMEX a réalisé un caisson de décompression containerisé pour la Marine Nationale Argentine destiné à équiper un patrouilleur hauturier (OPV) (Offshore Patrol Vessel) livré par NAVAL GROUP

Projet Enduruns

Projet EndurunsENDURUNS réunit 15 partenaires européens différents et un membre associé de la Corée du Sud. L'objectif de ce projet est de développer et de faire une démonstration d’un véhicule hybride à longue endurance (AUV, Robot Autonome Inhabité sous-marin)...

Un nouveau marché de 5 ans signé avec la Marine Nationale

COMEX a remporté le nouveau marché public du Ministère de la Défense Française pour le MCO* des caissons de recompression !
(* Maintien en condition opérationnelle des caissons de recompression de la Marine nationale et de l’Armée de terre)

Pousse-seringue “made in France”

Le projet est soutenu
par le plan France Relance d’aide à la relocalisation d’activités. Il vise à concevoir et
fournir un pousse-seringues électrique, un dispositif médical certifié qui manque aux
hôpitaux. L’ investissement de ce projet est évalué à 1 million d’euros.

« Lâché » de ballons à la COMEX !

« Lâché » de ballons à la COMEX !

« Lâché » de ballons à la COMEX !

L’équipe du département Espace n’arrête plus de « lâcher » des ballons ! Bon, ceux-là sont stratosphériques et destinés à des applications scientifiques et technologiques, que ce soit au travers du programme TRITON, financé par le Pôle Mer Méditerranée dans le cadre du dispositif NEPTUNE (surveillance maritime), et des campagnes de « crowd-flying », concept pour lequel Comex Espace et notre partenaire Zero2Infinity ont été récompensés par l’ESA (Agence Spatiale Européenne).

Téléchargez le communiqué de presse

Projet TRITON

 

Surveillance maritime avec des plateformes à haute altitude

 

L’objectif du programme TRITON est de lancer depuis la mer une plate-forme stratosphérique de haute altitude (HAPS) à partir de navire et de survoler une zone spécifique à la surface de l’océan en prenant des images au cours d’une journée.
Les lancements de ballons stratosphériques à partir de la terre sont limités par les restrictions légales et les conditions météorologiques. Le lancement depuis la mer permet en plus d’avoir des restrictions assouplies, de compenser les vents de basse altitude par le mouvement du navire. Le navire peut en outre adapter sa position de lancement afin de survoler une zone spécifique ou pour atterrir sur un point précis.
Les ballons stratosphériques sont une solution économique et viable qui a un impact environnemental proche de zéro (le lancement lui-même n’a aucune émission, pas de débris en orbite ou la mer). De tels systèmes sont également facilement accessibles à diverses organisations pour atteindre les conditions proches de l’espace.
La surveillance maritime à partir de ballon stratosphérique est une alternative économique aux méthodes d’observation habituelles, satellitaire ou aéronautique.

Succès du test de surveillance marine 

La solution proposée a démontré que ces lancements depuis la mer permettent d’avoir des prédictions de trajectoire suffisamment précises pour surveiller une zone spécifique avec des caméras. Caméras ayant une fréquence plus élevée que l’imagerie satellitaire et une portée spatiale plus élevée que la surveillance aérienne.
Trois lancements consécutifs ont été effectués avec une charge utile d’observation pour suivre une cible en mer, le navire « MINIBEX ». Cette démonstration a montré que de tels ballons stratosphériques peuvent être utilisés à l’avenir comme réponse rapide pour l’observation d’une zone précise. Le programme TRITON a donc développé et lancé une charge utile de 4kg environ à partir de la mer et effectué des observations maritimes à partir de la stratosphère.


COMEX partenaire des universités

En plus des trois lancements, l’équipe a également lancé avec succès un ballon contenant des instruments mis en œuvre par l’IM2NP (Institut des Matériaux, Microélectronique et Nanosciences de Provence UMR 7334 CNRS – Aix-Marseille Université). Cette quatrième charge utile, développée par le département DETECT de l’IM2NP, a permis de fédérer compétences et savoir-faire dans différents domaines comme la transmission d’énergie, le rayonnement, la détection et l’instrumentation autour d’un projet commun. L’objectif de cette mission était de tester les capteurs développés ou étudiés à l’IM2NP dans des conditions spatiales. Par exemple température, humidité, CO2, rayonnement solaire et UV, rayonnement neutronique et flux thermique. L’équipe Z2I a conçu une gondole, instrumentée par l’IM2NP permettant de suivre en temps réel le comportement des capteurs embarqués. Le succès de ce premier lancement ouvre la porte à de nouvelles missions scientifiques dédiées à l’instrumentation spatiale.

Applications de TRITON

La méthode proposée par le programme TRITON facilite l’accès à l’espace proche et est la première plate-forme de lancement océanique basée sur une installation commerciale. C’est une approche unique en Europe et dans le monde entier aujourd’hui. L’utilisation d’un navire privé de taille moyenne réduit les coûts associés à ces lancements. Le service proposé rend les essais suborbitaux et les opérations accessibles à de nombreuses organisation et pays. Cette démonstration ouvre un tout nouveau champ de surveillance des océans : il peut s’agir d’une réponse rapide à des catastrophes telles que la pollution marine (déversements d’hydrocarbures). C’est une méthode d’observation discrète qui pourrait être utilisée pour le trafic maritime (légal ou illégal), la surveillance et protection de la biodiversité.

Cette combinaison de technologies marines et spatiales permet également de lancer des équipements dans Near Space avec des applications potentielles à la qualification de technologie satellite, tests de nouveaux systèmes d’imagerie ou tests de systèmes de communication.

Conception du système de ballon stratosphérique TRITON

Pour le système TRITON, la plus petite architecture de ballon stratosphérique a été choisie. Ceux-ci présentent l’avantage de pouvoir être lancés plus facilement depuis le poste de pilotage du navire. L’architecture de la plate-forme se compose d’une plate-forme avec le système d’observation et le train de vol qui hisse l’Iridium Tracker et les parachutes. Le système d’observation accueille un système de stabilisation à 3 axes, des batteries et la caméra de surveillance elle-même. Des tests fonctionnels préliminaires (dans la stratosphère) et des essais d’éclaboussement ont été effectués en mai 2018 pour préparer le système à la campagne finale de début juin 2018.

Le Département ESPACE remporte un prix lors de l’évènement “Ocean X Space” !

COMEX et Zero2Infinity ont remporté le 2ème prix pour leur concept « Crowd-Flying » lors de la compétition « Ocean X Space » organisée par l’ESA (Agence Spatiale Européenne), mercredi 23 mai à Stavanger en Norvège.
Cette conférence avait pour objectif de fédérer les synergies entre le secteur maritime et l’espace.
Invité par l’ESA, nous avons présenté ce projet devant environ 200 experts du secteur spatial, maritime et observation de la terre.

Concept du Crowd-Flying

Le principe du Crowd-Flying est de lancer en ballon stratosphérique des expériences en sub-orbit par la mer. Un lancement en mer permet de lancer des charges plus lourdes et ainsi nous pouvons combiner plusieurs clients sur le même vol. Dont l’idée des vols participatifs « le Crowd-Flying ». Un grand nombre de participants rend une mission possible et en réduit considérablement les couts et rend ce type de missions accessibles à des PME, universités, entités de recherche, etc….

Fourniture d’un caisson de décompression projetable Cx1800 à destination de la Marine Argentine

COMEX a réalisé un caisson de décompression containerisé pour la Marine Nationale Argentine destiné à équiper un patrouilleur hauturier (OPV) (Offshore Patrol Vessel) livré par NAVAL GROUP

Projet Enduruns

Projet EndurunsENDURUNS réunit 15 partenaires européens différents et un membre associé de la Corée du Sud. L'objectif de ce projet est de développer et de faire une démonstration d’un véhicule hybride à longue endurance (AUV, Robot Autonome Inhabité sous-marin)...

Un nouveau marché de 5 ans signé avec la Marine Nationale

COMEX a remporté le nouveau marché public du Ministère de la Défense Française pour le MCO* des caissons de recompression !
(* Maintien en condition opérationnelle des caissons de recompression de la Marine nationale et de l’Armée de terre)

Pousse-seringue “made in France”

Le projet est soutenu
par le plan France Relance d’aide à la relocalisation d’activités. Il vise à concevoir et
fournir un pousse-seringues électrique, un dispositif médical certifié qui manque aux
hôpitaux. L’ investissement de ce projet est évalué à 1 million d’euros.

La COMEX sur France 5 dans “L’homme qui voulait plonger sur Mars”

La COMEX sur France 5 dans “L’homme qui voulait plonger sur Mars”

La COMEX sur France 5 dans “L’homme qui voulait plonger sur Mars”

Comex et le projet moonwalk et shee

Diffusion prévue sur France 5 le 24 octobre 2017 à 20h50

Un film écrit et réalisé par Thierry Robert

Co-écrit par Aurélie Saillard avec la collaboration de Alain Zenou

Production le cinquième rêve

Credit photo : ©andyparant.com – le cinquième rêve

Synopsis :

Alban Michon est plongeur professionel en millieu extrême, il a deja silloné notre Planète jusqu’au endroits les plus isolés, en s’imergeant sous les glaces des pôles.

Aujourd’hui, il veut aller plus loin : plonger sur … Mars. Sa quête onirique, véritable fil rouge du film, va nous plonger dans l’univers de la conquête spatial contemporaine. Nous nous faufilerons aux cotés des chefs d’agences spatiales internationales, de leurs ingénieurs, et des industriels de renom qui se livrent une compétition éffrénée pour remporter les grands défis technologiques posés par cette aventure.

Visuellement superbe et combiné avec une rigueur scientifique extraordinaire, ce documentaire nous invite à découvrir les coulisses de la plus grande expédition de tous les temps.

Bande annonce

Au travers des projets MOONWALK et SHEE retrouvons dans ce documentaire l’entreprise COMEX

Projet MOONWALK

Un pas de plus dans l’avenir de l’exploration spatiale humaine.

Le programme MOONWALK vise à développer une infrastructure de simulation en Europe avec deux objectifs : la lune et Mars. Les simulations lunaires se sont déroulées sous l’eau en rade de Marseille et les simulations martiennes sur Terre au Rio Tinto en Espagne.

Le projet MOONWALK s’aligne sur les objectifs définis par le directeur de l’ESA, Jan Wörner, appelant à une vision pour les futurs voyages spatiaux.

Un ‘Moon Village’ où les astronautes et les robots de différentes nations collaboreraient à des fins allant de pur découverte scientifique à des occasions d’affaires telles que l’exploitation minière et le tourisme à la fois privé et public.

Dans le cadre du programme européen Moonwalk La Comex a développer son nouveau scaphandre Gandolfi 2.

Programme dont le but est de mettre au point les technologies permettant d’entraîner de la manière la plus fiable et la plus réaliste les astronautes qui repartiront un jour sur la Lune ou sur Mars. Avec une double exigence : préparer l’indispensable coopération homme/robot et affranchir les Européens de leur dépendance vis-à-vis des savoir-faire russes ou américains.

Directeur du département Espace de la Comex, le Dr Peter Weiss insiste pour sa part sur les capacités nouvelles de Gandolfi 2 et la prometteuse collaboration homme/machine qu’il autorise :“Sa tablette tactile étanche permet de contrôler un robot à distance, et dans un proche avenir, l’astronaute pourra le faire directement par un mouvement du bras ou de la main, comme avec une télécommande. Le scaphandre transmet également tous les paramètres vitaux de son occupant. Il détecte aussi les attitudes ou les mouvements anormaux qui pourraient entraîner sa chute. Nous pouvons même simuler les délais de transmission des données vers la Terre qui sont d’un peu plus d’une seconde au départ de la Lune, mais qui peuvent atteindre 23 minutes quand on se trouve sur Mars.”Fruit d’une coopération internationale qui a réuni partenaires privés et institutionnels.l’Allemand DFKI (coordinateur du projet, en charge du développement du robot Yeno), le Belge Space applications services (gestionnaire du centre de contrôle et de l’intégration homme/machine), l’Anglais Airbus Group Innovation (suivi des paramètres vitaux de l’astronaute), l’Espagnol INTA (mise au point des capteurs d’échantillonnage et responsable des essais sur le site de Rio Tinto), le Norvégien NTNU (évaluateur des sorties extra-véhiculaires) ou encore l’Autrichien Liquifer Systems Group en charge du développement des scenarios de mission. 

Programme SHEE

 Le projet SHEE, qui signifie Self deployable Habitat for Extreme Environments, a débuté en janvier 2013. Forte de son avancée dans la technologie hyperbare et hypobare comme de son savoir-faire dans la robotique en milieux extrêmes, la Comex développe aux côtés de partenaires européens, un prototype d’habitat lunaire déployable pour une équipe de deux personnes et son système « support vie »

Le projet s’inscrit dans le cadre d’une recherche à long terme en architecture spatiale. Cette recherche est motivée par la volonté de stimuler les développements dans ce domaine et pour mettre en évidence les possibilités d’intégration de technologies existantes au bénéfice de l’utilisateur.

Cette étude montre qu’il existe des contraintes de design communes entre les applications terrestres en environnements extrêmes et les applications spatiales. Les solutions d’habitat développées pour le domaine spatial peuvent dès lors directement contribuer aux développements d’architectures terrestres. Outre les avancées et les transferts technologiques, cela permet également de réaliser des économies d’envergure du fait qu’un seul investissement répond à deux objectifs parallèles avec une réelle valeur ajoutée.

Les études en architecture spatiale peuvent contribuer de manière significative à différents domaines liés au développement durable: intégration d’infrastructures techniques dans une structure d’habitat ergonomique, modes de vie écologique, utilisation de matériaux avancés et de systèmes robotiques intégrés. Le projet SHEE explore et met en œuvre ces domaines d’application.

A la Conquête de Titan

A la Conquête de Titan

A la Conquête de Titan

DR Peter WEISS Chef du Département Espace chez COMEX.SA

© AGAT Films & Cie

Ce soir mardi 12 septembre à 20h50 sur France 5

A la Conquête de Titan

Un film de Jonathan Tavel et Frédéric Ramade

Réalisé par Frédéric Ramade Production : Blanche Guichou / AGAT Films & Cie

En coproduction avec Optis & la NHK (Japon)

Avec la participation de France 5

Avec le soutien du CNC (Centre National de la Cinématographie) et de la Procirep/Angoa

 

SYNOPSIS

Titan, la plus grosse lune de Saturne, a pu livrer ses secrets grâce à la mission spatiale Cassini-Huygens qui a duré 13 ans. Après un voyage de 7 ans, l’orbiteur Cassini a réussi à envoyer une sonde, Huygens, se poser sur Titan à plus d’un milliard et demi de kilomètres de la Terre. A ce jour, Titan reste le corps céleste le plus lointain où l’homme ait réussi à faire atterrir une sonde. Le vaisseau n’a pas cessé d’envoyer des données étonnantes révélant un monde doté d’une atmosphère, de saisons, de lacs, de champs de dunes et de montagnes, d’un océan caché sous sa surface ; et surtout, de matières organiques qui permettraient de voir se développer la vie. Les héros, qui ont mené cette mission, racontent cette aventure.

extrait du film a la conquete de titan

© AGAT Films & Cie

interview de peter weiss dans le fim a la conquete de titan

© AGAT Films & Cie


Le prototype d’habitat lunaire déployage “SHEE” développé par la Comex avec ses partenaires européens, sera présenté par le DR Peter Weiss Responsable du Département Espace.

visualitation d une colonie spatial

© AGAT Films & Cie

shee l habitat spatial de la comex

© AGAT Films & Cie

C-LAUNCH : De la Mer à l’Espace

C-LAUNCH : De la Mer à l’Espace

C-LAUNCH : De la Mer à l’Espace

Lancement de ballon stratosphérique depuis la mer

Mission C-LAUNCH COMEX et Zero 2 Infinity lancent deux ballons stratosphériques depuis la mer

(photo: IMAGE D’AZUR)


Ce 5 septembre 2017. Les Sociétés COMEX (Marseille) et Zero 2 Infinity (Barcelone) ont uni leurs forces pour réaliser le lancement d’une plateforme stratosphérique depuis la mer.

Zero 2 Infinity est l’un des spécialistes européens de lancement de ballons stratosphériques pour des missions scientifiques ou industrielles. COMEX est un pionnier des technologies maritimes et des opérations offshore en Europe. Chacune des entreprises, Zero 2 Infinity et COMEX a apporté son expertise pour réaliser leur première mission ensemble.

L’objectif principal de cette campagne de lancement effectuée entre 25 et 55km de Marseille était de tester les opérations de lancement à bord du navire JANUS II de COMEX. Le système de lancement global représente une longueur de 40m avec un ballon de 15m de diamètre pouvant élever 4kg de charge utile. Son déploiement a été opéré avec succès.

Un second ballon a ensuite été lancé avec succès emportant à son bord une charge utile symbolique de Marseille : une maquette de « Notre Dame de la Garde » ainsi que deux drapeaux représentant Marseille et la Catalogne. Le ballon a atteint les 30km d’altitude et a été récupéré avec succès à plus de 50km des côtes.

lancement de ballon stratospherique du janus 2

Lancement du ballon depuis le JANUS II de la COMEX (photo: IMAGES D’AZUR)


Les ballons stratosphériques atteignent des altitudes dépassant les 30km et peuvent permettre de tester les équipements dans les conditions spatiales. Ils peuvent également devenir à l’avenir une nouvelle voie d’accés à l’Espace.

Cependant, la plupart de ces ballons sont lancés depuis la terre ferme aujourd’hui ce qui représente de nombreux risques et contraintes. Effectuer un lancement depuis la mer a l’avantage de pouvoir compenser la vitesse du vent avec celle du navire, s’affranchissant ainsi de certaines contraintes météorologiques. De plus, le risque pour la charge utile d’atterrir sur des zones habitées ou des infrastructures sensible est nul en lançant des équipements depuis la mer.


l equipe c launch

Les équipes de Zero 2 Infinity et de la Comex (Photo la Provence)


PROJET TRITON

Le « C-LAUNCH 1 » est la première étape d’une coopération plus importante entre les deux entreprises. Au-delà de tester des équipements dans des conditions spatiales, de tels ballons peuvent aussi être utilisés pour l’observation de laterre et des océans. Zero 2 Infinity et COMEX ont effectué lundi le kick-off du projet TRITON dont l’objectif est de développer une méthode permettant la surveillance de zones spécifique sur l’océan depuis des ballons stratosphériques.

Ce système pourrait être utilisé – par exemple – dans le cas d’une nappe de pétrole ou d’un trafic maritime spécifique.

Le projet TRITON est financé par la Commission Européenne au travers de l’appel d’offres NEPTUNE via le pôle Mer Méditérranée (France, PACA) et Eurecat (Espagne, Catalogne). Ce projet sera finalisé à l’été 2018 après une nouvelle campagne de lancement.

comex espace partenaire c launch
mission C-LAUNCH Logo

 MISSION C-LAUNCH

comex en partenaria avec c launch

COMEX S.A.

Dr. Peter WEISS, Head of Space Department
36, Bvd des Océans,
13009 Marseille, France

E-Mail : p.weiss@comex.fr
Telephone : ++33 4 91 29 75 36

zero2infinity partenaire c launch

ZERO 2 INFINITY

Mr. Didier BURTIN, Project & Technical Manager
C/Marie Curie 2 nave14 ,
Barbera del valles 08210 (Barcelona), Spain

E-Mail : didier.burtin@zero2infinity.space
Telephone : ++34 61 61 91 0 92

Le scaphandre GANDOLFI 2 a effectué ses premiers tests

Le scaphandre GANDOLFI 2 a effectué ses premiers tests

Le scaphandre GANDOLFI 2 a effectué ses premiers tests

gondolfi 2 test dans les bassins comex

 Moonwalk, le programme européen d’entraînement des futurs spationautes, associe plusieurs entreprises européennes très en pointe dans le domaine spatial. Outre la Comex, responsable de l’étude, de la construction et du développement des scaphandres exosquelettiques, on retrouve dans le projet la société allemande DFKI, coordinatrice du programme et responsable du développement du robot Yeno, la compagnie belge Space Applications Services, en charge du centre de contrôle et des questions d’intégration homme/machine, les britanniques d’Airbus Group Innovation, responsables du suivi des paramètres biologiques des spationautes, la société espagnole INTA, en charge des essais sur le site du Rio Tinto, mais aussi l’autrichien Liquifer Systems Group, également partenaire du programme SHEE, ainsi que le norvégien NTNU, responsable de l’évaluation des essais de sorties extra-véhiculaires sur site sous-marin analogue.