La plongée pour réduire le stress post-traumatique

Juin 28, 2018 | actualité divers

A Marseille, 15 rescapés des attentats du Bataclan combattent l’angoisse grâce a la plongée.
Ils ont entamé la deuxième phase d’un essai clinique visant à montrer que la plongée réduit le stress post-traumatique.

Photo copyright La Provence

C’est un beau combat qui se livre en ce moment à Niolon. L’un de ceux qui transforment une victime en résistant, un rescapé en combattant. Dans les eaux bleues de la calanque, à coup de palmes, ils sont 15 à reconquérir leur liberté, bridée par l’angoisse depuis le 13 novembre 2015. Quinze rescapés des attentats parisiens qui prennent part depuis lundi à la seconde phase d’un projet expérimental visant à montrer les bénéfices de la plongée alliée à la sophrologie sur le trouble du stress post-traumatique. (TSPT). Nom de code : DivHope.

Si DivHope est pour le moment testé auprès d’un échantillon restreint, ses créateurs espèrent mettre au point un protocole exportable pour d’autres populations victime de stress. Des discussions sont en cours avec les pompiers, des services médicaux… “Nous réfléchissons à le proposer à des personnes victimes de dépression résistantes au traitement et aux enfants hyperactifs”, précise Mathieu Coulange. Un essai est également programmé cet automne avec l’armée. D’autres soldats que ceux qui ont survécu à la fracture du Bataclan, mais une même bataille – la plus dure et courageuse à mener. La bataille contre soi-même.

En collaboration étroite avec l’association de rescapés Life for Paris, mais aussi la Fondation d’aide aux victimes du terrorisme (FAVT), qui finance largement l’essai. les chercheurs ont trouvé aussi à Marseille de précieux soutiens. L’équipementier de plongée Beuchat n’a pas hésité à mettre à leur disposition tenues et blocs de plongée gracieusement. Quant à la Comex phocéenne, elle a accueilli dans son bassin d’essai boulevard de l’Océan le groupe pour son premier jour de stage, louant les installations pour… 1€ symbolique ! Enfin, partenaire du premier jour de Frédéric Bénéton – il y avait conduit DivStress, une étude clinique précurseur de DivHope – c’est l’UCPA Niolon qui héberge toute cette semaine et appuie financièrement ces stagiaires d’un genre particulier.

Source La Provence : Lire l’article complet

Les victimes du Bataclan s’initiant a la plongée dans le bassin d’essai de la Comex, avant d’aller plonger en mer, dans les calanques de Niolon.

Comex partenaire de la médecine hyperbare

  La Comex conçoit, fabrique et intègre des chambres d’oxygénothérapie hyperbare pour la médecine hyperbare depuis plus de 40 ans. Elle accompagne ses clients dans une démarche permanente pour le développement de leurs installations Nos installations d'oxygénothérapie...

La COMEX devient un centre de recherche biomédicale

Notre entreprise spécialisée en ingénierie hyperbare et hypobare vient de se voir attribuer par l'Agence Régionale de Santé, l’agrément l’autorisant à pratiquer des recherches cliniques impliquant la personne humaine au sein de nos locaux.  Qu’est-ce que la recherche...

La plongée pour réduire le stress post-traumatique

A Marseille, 15 rescapés des attentats du Bataclan combattent l'angoisse grâce a la plongée. Ils ont entamé la deuxième phase d'un essai clinique visant à montrer que la plongée réduit le stress post-traumatique.Photo copyright La Provence C'est un beau combat qui se...

« Lâché » de ballons à la COMEX !

L’équipe du département Espace n’arrête plus de « lâcher » des ballons ! Bon, ceux-là sont stratosphériques et destinés à des applications scientifiques et technologiques, que ce soit au travers du programme TRITON, financé par le Pôle Mer Méditerranée dans le cadre...
Suivez l'actualité COMEX

Suivez l'actualité COMEX

Abonnez-vous a la Newsletter

You have Successfully Subscribed!

Share This

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer